Une lance académique contre le postmodernisme

Culture

Le sociologue Vivek Chibber est devenu ces dernières années une star des milieux de gauche. Tout a commencé en 2013 lorsqu’il a publié La théorie postcoloniale et le spectre du capital, une attaque spectaculaire contre la partie influente de la théorie postcoloniale appelée « études subalternes ». Le groupe avait rejeté les perspectives marxistes sur l’histoire, mais dans le livre, Chibber a montré comment des théoriciens comme Gayatri Chakravorty Spivak et Homi Bhabha avaient mal compris tout, des révolutions aux soulèvements paysans, d’une manière vraiment embarrassante. Le point de Chibber était que les théoriciens postcoloniaux ne comprennent pas le capitalisme : principalement en confondant l’accumulation de capital ordinaire avec le colonialisme. Aujourd’hui, le livre semble être un assassinat majeur qui a conduit à un débat infecté – un débat qui est devenu plus tard un autre livre, Le débat sur la théorie postcoloniale et le spectre du capital. Chibber a ensuite écrit une série de brochures largement lues et a fondé l’influent magazine Catalyst, dans lequel il a continué à critiquer et à réévaluer les théoriciens de gauche. Pour cette raison, le magazine est devenu un concurrent sérieux de la New Left Review en tant que principal organe théorique de la gauche anglophone.

Ainsi, lorsque Chibber a publié un nouveau livre en février, ce fut un moment de fête. Le livre La matrice de classe promet de nouvelles batailles au couteau, notamment avec son sous-titre La théorie sociale après le retournement culturel. Le tournant culturel a commencé dans les années 1970 lorsque d’anciens marxistes ont tenté de comprendre pourquoi la classe ouvrière n’avait pas fait de révolution alors qu’elle bénéficiait de si bonnes conditions. Cela signifiait se détourner de l’économie vers la culture au sens large. Le lecteur pourrait penser que c’est une question de postmodernisme qui nettoie la maison, mais Chibber explique dans la préface qu’il veut sauver les décombres des théories du tournant culturel post-2008. C’est-à-dire que lorsque la crise financière n’a pas révélé tout tourne autour des « discours ». Plus important encore, soutient-il, les théoriciens de l’inversion culturelle ont compris que la théorie marxiste avait du mal à expliquer la stabilité du capitalisme pendant la période d’après-guerre. Mais pour sauver les décombres, il doit d’abord écarter leur charabia.

C’est typique de Chibber. Il s’est toujours engagé dans des idées non matérialistes selon lesquelles le monde est trop complexe pour être expliqué. Mais s’il est indéniablement amusant de ponctuer des théoriciens pompeux, je trouve son projet prometteur comme une bataille contre le désespoir et le désespoir. Fondamentalement, il s’agissait toujours de quelque chose de plus grand que la vision de Bhabha des soulèvements paysans indiens. Chibber a toujours résisté aux notions postmodernes selon lesquelles l’histoire est terminée, que seuls les récits provinciaux comptent, que la vérité n’existe que par fragments, etc. Il l’a également fait d’une manière qui rappelle son mentor, Erik Olin Wright : dans de longues lignes d’argumentation éblouissantes, pleines de répétitions pédagogiques. De cette façon, même sa manière d’écrire a formé une résistance au désespoir postmoderne. Dans le contexte suédois, il rappelle un peu Nina Björk.

Mais malheureusement c’est La matrice de classe une déception. L’une des raisons est que ses cibles sont moins pertinentes que dans les écrits précédents. Lorsque Chibber a montré que Spivak s’était concentré sur la Révolution française, cela a fait sensation, car elle était considérée comme une déesse dans les universités d’élite. Mais quand il cède aux anthropologues culturels oubliés pour leur lecture de Weber dans les années 70 ou des interprétations de Gramsci de Martin Carnoy, il se sent tout simplement insulaire. Comme Chibber s’amusant sur l’île isolée de Critical Theory.

De plus, son argument principal dans le livre – que la réponse naturelle de la classe ouvrière au capitalisme n’est pas l’organisation mais la résistance et la résignation individuelles – semble plutôt superficiel. Bien sûr, il l’intègre parfaitement dans la théorie marxiste. Mais avait-il vraiment besoin d’un livre entier pour cela ? Quiconque a consacré ne serait-ce qu’une minute à l’organisation sait que le grand obstacle n’est en aucun cas la croyance de la classe ouvrière en la supériorité du capitalisme, comme le prétendaient les théoriciens de la culture des années 1970. Sans renoncer aux possibilités de changement de système. Fidel Castro a dit un jour que la seule chose pire que d’être exploité par le capital est de ne pas être exploité par le capital. Il résume élégamment ce que Chibber essaie de transmettre avec un vocabulaire énorme.

La matrice de classe est donc plus intéressant dans un contexte intra-académique. C’est certainement nécessaire là-bas, mais pour nous là-bas, cela ressemble plus à un faible signal de la planète lointaine du marxisme. J’attends plus de Chibber.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.