Stefan Melander : Je suppose ? Libéré de dettes avant juin

Quand Örjan Kihlström a dirigé le Who’s Who de la course olympique samedi dernier, ce n’était pas seulement la deuxième victoire d’aujourd’hui dans une course avec un premier prix à sept chiffres.

Les statistiques montrent qu’Örjan a effectué 80 millions de courses suédoises depuis 2017.

Supérieur d’une manière que seul Stig H Johansson pouvait égaler à son apogée.

Iskalle Örjan fait rarement ou jamais d’erreurs.

Une autre vedette est Daniel Redén.

Après qu’Örjan ait remporté la Coupe du Roi avec Francesco Zet, il ne reste plus grand-chose de la dette de 26 millions de Propulsion.

Je soupçonne que Stall Zet sera libre de toute dette avant juin.

Le Nest est en avance sur son temps. Il s’aventure également dans une pause hivernale lorsque d’autres concourent, mais s’attend à ce que ses chevaux soient dans le cercle des gagnants maintenant que tout est revenu à la normale.

Cependant, il n’offre pas d’échauffement aux vainqueurs, l’énergie est économisée pour les courses.

Daniel est cruel.

Il a travaillé pour moi pendant de nombreuses années.

En parlant de Propulsion, j’ai le sentiment que Redén ne choisit pas de poursuivre l’affaire Propulsion devant un tribunal civil.

Ceci met fin à un triste chapitre de l’histoire du trot suédois.

Si vous avez joué au Who’s Who au trot paralympique, vous avez quatre fois plus d’argent. Notamment chez ATG.

Celui qui, en revanche, a fait le même match au PMU français a obtenu un plein six fois contre le favori suédois.

Je trouve étrange que la France ait son propre bassin lors de nos courses.

Les chiffres ne mentent pas.

Un autre à impressionner est l’annonceur et l’annonceur de Bro Park, David Crona.

Il fait tout sur la piste.

Mais surtout, la présentation de chaque équipage avec propriétaires et éleveurs est très professionnelle.

Le trot doit suivre.

Sinon j’aime bien Patrick Wickman.

L’arbitre le plus courant du Norrland s’occupe des noms de chevaux plutôt que des numéros.

L’infatigable Patrik Nilsson de Solvalla, avec plus de 250 jours de compétition en un an, est un dur à cuire qu’il est également difficile de ne pas aimer.

L’Italien Charliebrown Effe a balayé le test de classe I à Åby.

Une performance solide, bien sûr.

Mais je ne comprends pas pourquoi les éleveurs suédois acceptent que des chevaux étrangers viennent concourir dans les classes inférieures au sein de V75.

Je l’ai déjà dit. S’inquiète que nous ne le fassions pas comme d’autres pays le font.

Ils réservent donc les courses à ceux qui sont nés en Suède.

Tous ces redémarrages dans Voltstart.

La lyre ne va-t-elle pas bientôt devenir folle ?

Cependant, peut-être que la situation est trop intelligente pour intervenir au lieu de bien pour ceux-ci.

Le « pointu » obtient plus de jeux à chaque retard.

Ma suggestion pour résoudre le problème est de tester avec six équipes par volt sans rails de roulement.

Cela réduit au moins le risque que quelque chose tourne mal.

La course d’élite approche. Avec les vainqueurs de Solvalla demain et de Gävle samedi prochain garantis un billet rose, il ne reste que quatre places pour la course d’élite General Malmrot.

Mais en réalité, c’est probablement cinq.

Je ne pense pas que le cygne viendra.

Après le début du week-end pour Back of the Neck, nous le saurons avec certitude.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.