Qui s’occupe d’Inga ?

La brochure de 2003 « Prendre soin des personnes âgées » pose deux questions : oui, qui s’occupe d’Inga ? Qui peut vieillir en Suède ? La prise en charge des personnes âgées est un thème récurrent dans le débat public. Cela m’a fait penser au film Le Centenaire qui a sauté par la fenêtre et a disparu. Il s’est juste fatigué et s’est enfui de la maison de retraite. Mais Inga, qui est le sujet de ce texte, ne peut s’échapper.

Personne n’est si vieux et elle ne peut pas quitter son berceau. Peu de gens montrent leur tendresse, leur considération. En 2018, elle avait dû manquer l’air chaud de la capitale et repartir épuisée.

Maintenant, elle repose là, dans un entrepôt, peu de gens se souviennent d’elle, peu de gens, voire aucun, ne lui rendront visite et n’entendront son histoire. Comme beaucoup d’autres bateaux en bois vieillissants du pays, il risque d’être oublié. Laissé à son sort !

Pas d’ascenseur depuis Båthall 2 en 2018. Photo : Musée d’histoire maritime

Dans d’autres pays, en revanche, les personnes âgées semblent être prises en charge, respectées et valorisées. Vous pouvez sortir dans la nature. Un intérêt modéré pour l’histoire et les connaissances de nos aînés amène de nombreux aînés à rêver d’une vie meilleure.

Est-ce notre intention que nos personnes âgées partent à l’étranger ? Pourquoi ne faisons-nous pas plus pour nos personnes âgées ?

En 2003, une enquête a été déposée sur toutes ces personnes âgées qui sont parties « à l’exportation ». Tous les autres qui ont été abandonnés à leur sort sur des pentes nues, ceux qui ont eu de la chance ont été appelés « lignes paresseuses ». Tous ces vieillards de formes et de tailles différentes sont abandonnés à leur sort.

Ils voulaient également avoir une idée de ce à quoi ressemblait le « stock ». L’espoir avec le rapport était d’accroître l’intérêt pour nos vieux bateaux en bois.

La brochure « Assistance aux personnes âgées » avec le titre – Qui s’occupe d’Inga ? à partir de 2003.

Soins aux personnes âgées « Qui s’occupe d’Inga? »

La brochure « Care for the Elderly » était une tentative de fournir des informations sur l’enquête. À propos de « l’exportation » et du stock, mais aussi des conseils sur la façon de prendre soin d’une personne âgée, de quelle aide vous pouvez obtenir et où vous pouvez obtenir des informations.

D’une certaine manière, il vaut mieux que nos vétérans aillent « exporter » plutôt que de pourrir ici, chez nous. Mais comment pouvons-nous laisser cela se produire sous nos yeux ? Pouvez-vous imaginer un archipel ou un environnement portuaire sans vétérans ?

Vous pensez peut-être que la brochure « Soins aux personnes âgées » concerne les personnes et, d’une certaine manière, elle l’est. Il s’agit de nous, les gens qui avons des bateaux. La façon dont nous traitons nos aînés en dit long sur nous-mêmes, en tant qu’individus et en tant que société.

Les parallèles sont nombreux, mais ce texte parle surtout de vieux bateaux en bois, notre patrimoine culturel !

Photo : Musée d’histoire maritime

Cartographie des exportations de l’ancienne flotte suédoise de bateaux de plaisance

Alors comme aujourd’hui, le débat sur la disparition du patrimoine culturel était en cours, conduisant le Statens Maritima Museet (SMM) à ordonner une enquête sur la question en 2002.

Un aperçu de l’exportation de la flotte suédoise de bateaux de plaisance plus anciens, c’est-à-dire des bateaux construits en Suède et de préférence conçus par des designers suédois.

Portée, causes et conséquences. Ils voulaient également faire le point sur la situation des clubs, quels bateaux et types de bateaux restaient et dans quel état.

L’auteur du rapport, Tor Hedvall, a présenté son rapport « Exportations of Sweden’s Older Leisure Boat Fleet, Scope, Causes and Consequences » au printemps 2003. L’enquête a révélé que plus de 450 bateaux ont « disparu » de Suède entre 1970 et 2002, mais c’est probablement environ trois fois ce nombre.

Ce sont principalement des types de bateaux tels que des snipes, des bateaux de camp, des bateaux Petersson, des croiseurs d’archipel et des bateaux R qui ont quitté le pays. (Le nombre sombre peut être le double ou plus). Les exportations étaient principalement destinées à la Norvège, la Finlande, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas et la France.

Le rapport Export, Portée, Causes et Conséquences de l'ancienne flotte suédoise de bateaux de plaisance.
Le rapport Export, Portée, Causes et Conséquences de l’ancienne flotte suédoise de bateaux de plaisance.

Le rapport Exportation, portée, causes et conséquences de l’ancienne flotte suédoise de bateaux de plaisance

On pourrait dire que dans nos pays voisins et sur le continent nos « trésors » sont plus appréciés, tant les voiliers que les bateaux à moteur sont très demandés. Ils sont bien entretenus, rénovés et utilisés.

Il ne s’agit pas de  » piller « , pensait Björn Varenius, alors chef du département d’histoire culturelle à la SMM, mais de préserver activement  » notre  » patrimoine culturel.

Tout comme de nombreux Suédois importent des voitures américaines qui sont restaurées « comme neuves » en Suède. Personne ne dit que nous pillons l’Amérique pour son patrimoine culturel.

Ces « créateurs de culture » étrangers apprécient nos bateaux avec leurs biographies uniques, tout ce qu’ils peuvent raconter sur notre histoire sociale, leurs propriétaires, designers et chantiers navals, les techniques de construction, les résultats des compétitions et les aventures sur les mers du monde. Il doit être original jusque dans les moindres détails avec patine et plus il y a de documentation, mieux c’est.

Tout, depuis les dessins, les journaux de mesures, la liste des propriétaires, les photos, le registre des clubs, etc. Il y a beaucoup d’intérêt pour la façon dont le bateau sera géré.

À Pålsundet à Stockholm, plus ou moins toute notre histoire de navigation de plaisance est exposée au public. Photo: Martin Prieto Beaulieu

La Suède a été un leader mondial dans la construction de bateaux en bois et a accumulé une quantité incroyable de connaissances au fil des ans. L’inventaire suédois des bateaux en bois est unique et doit être considéré comme un insigne.

Par exemple, promenez-vous le long de Pålsundet à Stockholm et voyez les voiliers Göta Segelsällskap (GSS) ou Heleneborg Båtklubb (HBK) avec tous leurs bateaux à moteur.

Presque toute notre histoire de bateaux de sport est sur un plateau d’argent. Une collection sans pareille et approuvée par les passionnés de ces clubs.

En tant que propriétaire d’un vieux bateau en bois, vous n’êtes pas le propriétaire mais le gestionnaire. Une commission honorable qui devrait être honorée. Lorsque vous sentez que vous ne pouvez pas remplir votre engagement, il est temps de laisser quelqu’un d’autre prendre le relais.

Une image triste. Un autre bateau en bois dans la « ligne paresseuse » attend le prochain feu de joie de mai. Photo: Martin Prieto Beaulieu

Aujourd’hui, ce trésor culturel est une évidence. Le peu d’intérêt pour nos designers, leurs belles créations et l’histoire de la navigation suédoise signifie que le trésor se perd lentement.

Elle est soit exportée, soit assurée par la « ligne paresseuse ». Les bateaux de camping, les bateaux folkloriques, les croiseurs Neptune et les croiseurs de l’archipel font la queue pour le prochain feu de joie de mai.

Avons-nous été gâtés ? Nous ne voyons que le nombre d’heures que prend le bateau en bois pour être remis à neuf et entretenu, pas la beauté d’une forme de bateau bien conçue et bien construite. Un mode de vie moderne dans lequel aucune place n’est accordée à l’entretien, beaucoup le revendiquent, mais ne rend pas justice au bateau en bois, car un bateau en bois bien entretenu ne nécessite pas beaucoup plus de temps d’entretien qu’un bateau en plastique.

La base de la conservation des bateaux en bois est assez simple : une bonne couverture d’un bateau en bois peut stopper une dégradation irréversible. Un propriétaire de bateau en bois qui ne peut pas entretenir son bateau devrait en faire don, ce qui est mieux que de le laisser sur la « ligne paresseuse » aux amarres, explique Tor Hedwall.

De nombreux passionnés n’ont peut-être pas les moyens d’acheter un bateau mais ont la volonté et les connaissances nécessaires pour le remettre à neuf.

Tor Hedvall et Eva Berglund-Thörnblom inspectant Inga dans le cadre de sa donation au Musée d’histoire maritime en 2000 par Christer et Margareta Ardell. Photo : Musée d’histoire maritime

Bateaux à exposer et à utiliser

Le travail de préservation du patrimoine culturel et historique ne peut être entièrement transféré aux musées et aux institutions. Ils ne peuvent ni se le permettre ni le placer dans leurs magazines. Non, les bateaux doivent être exposés et utilisés. Le patrimoine flottant doit être maintenu en mouvement par nous tous.

La responsabilité incombe aux associations, clubs et sociétés. En plus de tous les clubs nautiques individuels existent depuis 1973 Vétéranbåtsföreningen.

Vous avez numérisé des milliers de dessins de bateaux qui sont désormais disponibles sur Internet via digitaltmuseum.se et enregistrez-vous sur www.veteranbatsarkivet.se. Une autre association est Båthistoriska Riksförbundet (BHRF) qui regroupe une vingtaine d’associations du monde du nautisme et qui travaille par le plaidoyer et le dialogue avec les politiques pour protéger le patrimoine flottant.

Le dernier mais non le moindre est l’Association suédoise des croiseurs de l’archipel (SSKF) et fonds de rénovation qui a aidé à sauver et à déplacer plus de 150 bateaux en bois depuis ses débuts en 1993.

Malgré ces initiatives, les éditions 2003 restent 20 ans plus tard. Quels types de bateaux sont à risque ? Où sont-ils allés? Comment ont-ils été construits et combien en reste-t-il et dans quel état ? Nous avons besoin d’un nouvel inventaire. Quels types de bateaux sont en déclin, Volksboote, Neptune cruiser, Archipelago cruiser, Petterson boat, Tiedemannare et Forslundare ?

Depuis 2018, aucun n’est disponible sur Båtmagasinet sur Rindö en dehors de Vaxholm. Photo: Martin Prieto Beaulieu

Un permis spécial est requis pour la vente

Il est considéré comme un bateau vétéran s’il a plus de 30 ans, c’est-à-dire des bateaux construits avant 1990. Si le bateau a plus de 100 ans, il est couvert la loi sur l’environnement culturel, qui exige un permis spécial pour la vente de biens culturels à l’étranger.

Peu importe à quel point cela semble désespéré, il y a de l’espoir. Il est temps d’inverser la tendance. Les parties prenantes autour des bateaux de plaisance en bois en Suède devraient convenir qu’une nouvelle enquête est nécessaire pour remapper les exportations et les stocks et ce qui doit être fait pour accroître l’intérêt et la conservation du patrimoine flottant.

Un favori en rediffusion ! Une contribution pour le Musée suédois de l’histoire maritime et des transports (SMTM), le Conseil national du patrimoine suédois (RAÄ) et toute personne intéressée par le patrimoine culturel.

Enfin et surtout, profitez de l’occasion et Visitez Båtmagasinet sur Rindö, visitez Inga et les autres bateaux de la collection. Ne manquez pas non plus le prochain Veteranbåtstfestivalen du 27 au 29 mai à Wasahamnen à Stockholm ou le Classic Boat Meet à Västervik du 20 au 23 juillet.

Vous pourriez aussi être intéressé par: Les croiseurs à moteur légendaires de Suède – c’est là qu’ils ont été construits [Dagens PS]

Lydie Brisbois

"Entrepreneur. Amoureux de la musique. Fier drogué de Twitter. Spécialiste du voyage. Évangéliste d'Internet depuis toujours. Expert de la culture pop."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.