Plusieurs nouveaux projets de loi en France – l’interdiction du voile devrait également s’appliquer aux enfants

Le gouvernement français veut interdire les symboles religieux importants chez les mineurs, et juste avant les vacances de Pâques, le Sénat a voté l’interdiction du port du voile pour les enfants. Le but de l’interdiction est d' »envoyer un signal fort » pour respecter les principes de la république, rapporte la chaîne de télévision française Sénat public.

Les sénateurs ont également voté pour deux autres amendements. La neutralité religieuse devrait accompagner les parents qui participent aux voyages scolaires, et une interdiction du burkini devrait s’appliquer dans les piscines publiques.

Une première loi restreignant le port du voile est entrée en vigueur dans le pays en 2011 et fait polémique depuis. Les critiques y voient, entre autres, une violation des droits de l’homme.

« La France, qui a ratifié la Convention des droits de l’homme de l’ONU, a l’obligation de suivre les recommandations du comité et d’agir de bonne foi », a déclaré Ilze Brands-Kehris, l’un des membres du comité de l’ONU. selon un article de SVT 2018.

177 ont voté pour interdire les symboles religieux lors des voyages scolaires

Les propositions ont été avancées par le Parti républicain français pour étendre le principe de neutralité dans le pays. Ceci est rapporté par le journal français Le Monde, 177 membres sur 318 ont voté pour interdire les symboles religieux aux parents participant aux activités scolaires. Cela peut signifier qu’un père qui porte une croix ou une mère qui porte un voile ne peut pas partir en voyage scolaire.

Le ministre de l’Intérieur n’est pas d’accord

La proposition d’interdire le burkini dans les piscines et les lieux publics visait à réglementer l’utilisation du maillot de bain couvrant. Le républicain Michel Savin, qui a accepté la proposition, croit au rétablissement des règles « Le respect garanti des principes de neutralité et de laïcité ». Ce à quoi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est opposé.

– En principe, on ne peut retenir l’expression d’une opinion religieuse, a-t-il expliqué.

Dans le même temps, la sénatrice Esther Benbassa se demande s’il est judicieux de discuter d’une éventuelle interdiction du burkini.

– Combien de femmes se baignent en burkini ? Nous n’avons pas de chiffres, dit-elle dans un article de Sénat public.

Le projet de loi interdisant aux enfants de porter le voile continuera d’être discuté dans d’autres initiatives politiques après le 8 avril.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.