Mobilisez l’Althing pour vos propres politiques – pas contre celles des autres

Il s’agit d’un article d’opinion reflétant les opinions de l’auteur.

Il est à noter qu’il s’agit toujours d’une année électorale. Bien sûr, cela est devenu particulièrement clair au cours des dernières semaines, avec le point culminant de l’échec de la déclaration de défiance envers le ministre de la Justice et la reprise des négociations gouvernementales avec Kakabaveh. Mais c’était déjà clair d’avance, du moins pour ceux qui, comme moi, ont fait la majorité de leurs contacts en plus de dix ans d’engagement politique.

Il y a quelques mois déjà, le flux de mes réseaux sociaux se remplissait d’auditions électorales, de coups d’envoi, de campagnes et de poivre. Il y a des jours avant l’élection et la boussole électorale est partagée – de préférence avec un commentaire sur la façon dont vous correspondez à vos propres partis.

Feuilles

Pour moi, cependant, les premières élections depuis 2009 approchent parce que je n’ai pas de participation au parti. En fait, j’ai du mal à me sentir engagé en politique. Depuis que j’ai quitté les démocrates suédois, j’ai reçu la confirmation que le parti ne me correspond plus, mais qu’aucun autre parti – à l’intérieur ou à l’extérieur du Reichstag – n’offre ce que je recherche. En fait, ce qui attire le plus, c’est de voter blanc.

Il y a eu une mobilisation, non pas pour une politique mais contre une autre.


Mais chaque fois que j’exprime cette pensée, ils surgissent : les camarades du parti et les leaders d’opinion qui soulignent qu’un vote vide reviendrait à laisser les sociaux-démocrates prendre le dessus. Ainsi, au lieu d’essayer de gagner mon vote en montrant leur propre excellence, ils passent du temps et de l’énergie à me dire que l’alternative serait bien pire.

mobilisation pour une politique

En même temps, malheureusement, ce n’est pas une vision inhabituelle de la répartition des voix. Beaucoup d’entre nous se souviennent probablement de la façon dont le débat public, après l’entrée du SD au Reichstag en 2010, puis le renforcement de sa position en 2014, a souvent mis en lumière combien au moins n’avaient pas voté pour le SD. Les mouvements électoraux de l’année correspondante et au-delà sont également clairement caractérisés par des avertissements au SD et des rappels sur l’importance de réduire la part de vote du parti et donc la possibilité de l’influencer en votant. Il y a eu une mobilisation, non pas pour une politique mais contre une autre.

Si nous prenons un regard international, il existe de nombreux exemples de ce type de mobilisation et de campagne, en particulier dans les pays qui utilisent une sorte de système uninominal à un tour. Lorsque Biden a remporté Trump, beaucoup ont témoigné qu’ils auraient voté contre Trump plutôt que pour Biden. La même chose était vraie dans l’autre sens – bon nombre des votes qui sont allés à Trump étaient sans doute des votes contre les démocrates et Biden plutôt que des votes pour Trump en tant que président.

Devrait te faire réfléchir

Mais importe-t-il ce qui détermine le résultat de l’élection ?

Formellement, bien sûr, peu importe comment les électeurs justifient leur vote ; une élection est une élection, et les sièges gagnés sont légitimement gagnés. Mais moralement, et dans un souci d’ancrage de la démocratie, elle devrait faire réfléchir les politiques qui se disent vainqueurs. Il y a une grande différence entre être élu parce que les électeurs sont d’accord avec vous sur ce qui doit être fait, et gagner une élection parce qu’ils pensent que vous n’êtes pas aussi mauvais que votre adversaire.

Un souvenir

Pour prendre un autre exemple international, et cette fois numéroté, nous pouvons nous tourner vers la France. Il n’y a pas si longtemps, Macron a été réélu président avec près de 60 % des voix au second tour. Le degré de soutien qu’il a réellement est cependant sujet à débat, puisqu’il a recueilli un peu plus d’un quart de tous les votes valides lors du scrutin. Est-il alors justifié de procéder à des réformes majeures ?

Alors que la campagne électorale se réchauffe, je voudrais donc rappeler à tous les partis que leur tâche fondamentale est de gagner la confiance des électeurs. S’ils veulent un mandat fort pour mettre en œuvre leurs politiques, ils devraient peut-être se concentrer davantage sur ce qu’ils veulent faire et pourquoi que sur la façon dont ils trouvent leurs adversaires.

Adelard Thayer

"Praticien dévoué de la culture pop. Créateur indépendant. Pionnier professionnel des médias sociaux."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.