L’expert de la participation à l’élection présidentielle française

Le combat final devrait être égal. Dans certains sondages, le social-libéral Emmanuel Macron et la nationaliste de droite Marine Le Pen ne diffèrent que de quelques points de pourcentage.

Lumière inférieure depuis 2002

Après le premier tour de scrutin, le taux de participation était de 74 %. Il s’agit de la liste la plus basse depuis 2002.

Selon les estimations de Ipsos Sopra Steria Le taux de participation devrait également atterrir à 74 %. En 2002, il était encore de 71,5 %.

– C’est difficile à prévoir, mais il est possible qu’il soit plus bas qu’avant et aussi plus long qu’au premier tour – qui était déjà bas, dit Göran von Sydow.

Convaincre les électeurs de gauche

Le défi pour les deux candidats, selon von Sydow, est de convaincre les électeurs de gauche d’aller aux urnes. Ils représentent environ un tiers des voix.

– Je pense que le défi est particulièrement grand pour Macron. Pour assurer sa victoire, il doit amener les électeurs non seulement à le voir comme président, mais à le faire pour ne pas voter pour Le Pen.

En même temps, il s’agit d’un groupe qui a généralement un faible taux de participation électorale.

– Ils sont plus jeunes, ont souvent des revenus plus faibles et peu d’entre eux ont voté pour les candidats restants pour le second tour, constate Göran von Sydow.

se tenir éloigné

Le fait que l’élection présidentielle française passe presque toujours par un second tour peut être un défi.

– Il est plus facile de trouver quelqu’un digne de voter au premier tour. Mais encore une fois, il y a plus en jeu au deuxième tour, et cela peut être motivant. Ce sont deux candidats très éloignés.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.