Les rugissements enregistrés devraient étouffer les hippopotames agressifs

Le son caractéristique des hippopotames peut être décrit comme un sifflement et un klaxon alternés largement audibles. Ils vivent en groupes composés de femelles, de mâles et de jeunes, et plusieurs groupes peuvent vivre côte à côte dans un même lac.

Une équipe française de chercheurs a découvert que leurs sons sont importants pour le maintien des groupes sociaux. Dans une étude, les chercheurs ont découvert que les hippopotames se reconnaissaient mutuellement. Par exemple, ils réagissent moins agressivement à un voisin qu’à un étranger. L’étude sur les sons des hippopotames a été publiée dans la revue scientifique Biologie actuelle.

Nicolas Mathevon est professeur à Université de Saint Etienne, et l’un des auteurs de l’étude. Lui et ses collègues sont bioacousticiens, ce qui signifie qu’ils s’intéressent à la façon dont les animaux communiquent par les sons.

– Les résultats de nos expériences montrent clairement que les hippopotames ont une connaissance détaillée des voix de tous les individus qui les entourent. Chaque hippopotame a sa propre voix, dit Nicolas Mathevon.

Nicolas Mathevon, bioacousticien.
Image: Privé

Les enregistrements audio peuvent être très importants

Les hippopotames vivent en Afrique subsaharienne, mais leur nombre diminue. Ils sont chassés à la fois pour le pâturage et la viande. L’hippopotame est aussi l’un des animaux qui tue le plus de monde. Le risque de conflit augmente dans les zones où humains et hippopotames vivent côte à côte. L’hippopotame est étonnamment rapide pour sa taille et est particulièrement agressif si quelqu’un s’approche trop près de ses petits.

L’équipe de recherche française pense que la nouvelle recherche pourrait être importante pour les travaux de conservation. Les animaux sont périodiquement déplacés entre les populations pour décourager la consanguinité et augmenter la diversité génétique.

Avant le prochain déménagement, les chercheurs testeront comment ils peuvent pré-jouer les sons des hippopotames pour les futurs voisins.

– Nous pensons qu’il serait possible d’habituer les hippopotames indigènes aux nouvelles voix avant qu’elles n’arrivent et vice versa. Cette mesure ne suffira probablement pas à réprimer toute agressivité, mais elle peut aider, estime Nicolas Mathevon.

Abonnez-vous à Recherche & Progrès !

10 numéros par an et des actualités quotidiennes sur le web avec des découvertes scientifiquement fondées.

Commandez aujourd’hui

Lydie Brisbois

"Entrepreneur. Amoureux de la musique. Fier drogué de Twitter. Spécialiste du voyage. Évangéliste d'Internet depuis toujours. Expert de la culture pop."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *