Les mercenaires russes au Mali peuvent accélérer la retraite suédoise – Nyheter (Ekot)

« Ce sont des informations très, très inquiétantes que nous suivons de très près. Bien sûr, ils peuvent aussi avoir des conséquences sur notre engagement, et nous tenons également des discussions et des informations étroites avec le Reichstag à ce sujet », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Ann Linde.

La Suède compte actuellement environ 220 soldats au Mali au sein de la force Minusma dirigée par l’ONU, qui stabilisera le pays et promouvra la démocratie, et 150 soldats à Takuba sous la direction française d’ici mars.

À l’automne, le Riksdag a convenu qu’il était inacceptable que des mercenaires russes viennent au Mali pour aider la junte militaire qui dirige le pays. Et voilà que des sources françaises d’Ekot confirment que le groupe Wagner, accusé d’abus dans plusieurs pays, est à Tombouctou et à Bamako.

Le gouvernement a précédemment déclaré que l’initiative suédoise Minusma expirera au début de l’année 2024. Les démocrates suédois proposent maintenant un retrait suédois immédiat.

« C’est profondément inquiétant et nous avons déjà déclaré que les forces suédoises se retireraient si des fantassins du groupe Wagner se trouvaient sur le terrain », a déclaré le député Aron Emilsson.

Le ministre des Affaires étrangères Linde estime qu’un retrait doit être coordonné localement avec d’autres pays européens, par exemple, afin que le chaos en Afghanistan ne se répète pas. Des partis avec lesquels le centre et les modérés sont d’accord, mais selon Kerstin Lundgren du centre, la sortie devrait avoir lieu prochainement :

« Le gouvernement doit agir pour mettre fin à notre présence à cause de la présence de Wagner. »

Le soutien politique aux opérations au Mali est encore renforcé par la décision du régime militaire de reporter de cinq ans les élections prévues pour cette année.

« Cela signifie aussi que toute l’idée de vouloir renforcer et construire la démocratie s’est totalement effondrée », a déclaré le modéré Hans Wallmark, vice-président de la commission des affaires étrangères.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.