Léo Grasset : YouTuber DirtyBiology mis en cause pour agression et comportement préjudiciable

Ce jeudi 23 juin 2022, Mediapart a diffusé une enquête vitale dans laquelle 8 femmes – mais aussi témoins – racontent des histoires glaçantes sur le YouTuber Léo Grasset (DirtyBiology), accusé d’agression par l’une d’elles et de méchanceté mentale, sexuelle et comportementale jugée dangereux par les autres. Des accusations auxquelles le vidéaste n’a pas encore souhaité répondre. Si ce n’est pas trop gênant, notez que quelques remarques pourraient choquer les sensibilités.
Une véritable secousse a tout récemment secoué l’univers de YouTube ce jeudi 23 juin 2022. C’est à coup sûr à cette date que Mediapart diffusait une interrogation critique dans laquelle le vidéaste Léo Grasset – plus connu sous le nom de plume sur la scène vidéo , est pris au piège par 8 personnes uniques pour voies de fait, brutalité mentale et sexuelle et conduite considérée comme dangereuse .Léo Grasset mis en cause pour voies de fait
Aux rédacteurs médiatiques, Lisa * – une vidéaste d’une vingtaine d’années qui aime rester inconnue, révèle qu’elle a subi des brutalités sexuelles le YouTuber de 32 ans, une véritable star dans le domaine de la science bien connue à cause de sa station expulsée en 2014 (plus de 1,3 million d’endosseurs), mais aussi en raison de la diffusion de ses différentes œuvres (un drôle de dessin animé de Delcourt intitulé La grande aventure du sexe, un livre distribué par Flammarion intitulé Le grand bordel de l’avancement). pour la personne qui professe avoir vécu « une damnation psychologique » ces derniers temps, pourtant importante. Au cours de sa déclaration, Lisa découvre qu’elle et Léo Grasset auraient partagé une relation « turbulente » à partir de 2015. Invoquant une « emprise » de sa part sur elle, le vidéaste donne du sens au fait que les deux se reposaient constamment ensemble à ce moment-là, mais que où elle semblait s’étendre avec lui, le YouTuber aurait couru contre la norme avait une façon confuse de se comporter contre elle en l’ingérant régulièrement avant de recharger le contact selon ses désirs, mais aussi en la ridiculisant lors de divers rassemblements.

« Je lui ai fait savoir plusieurs fois que je préférerais ne pas »
Un « jeu » fatigant pour Lisa qui aurait provoqué « une sorte de yo mental » en elle, et qui aurait ensuite pris une tournure émotionnelle un soir de juillet 2016. Selon les expressions de la demoiselle, alors qu’ils devaient passer la nuit ensemble, Léo Grasset l’aurait finalement vue « vers 1h30 du matin ». après avoir apprécié les premières heures avec ses compagnons. Vigoureusement alcoolique, il aurait en tout cas tenté d’avoir des relations sexuelles avec Lisa qui, « furieuse » contre la centrale, l’aurait rapidement repoussé : « Je lui ai fait savoir quelques fois que je préférerais ne pas », donne-t-elle à entendre. à Mediapart. Face aux coups forcés à son insu, elle aurait tenté de s’y soustraire, ce qui l’aurait nettement déçue et provoqué « une sorte de bascule dans ses yeux ». Rapidement, Léo Grasset l’aurait « maintenue avec ses mains autour du cou » auparavant « en la pénétrant avec des coups exceptionnellement étonnants ». Scène troublante pour Lisa – Mediapart révèle qu’elle était en larmes alors qu’elle racontait, qui se serait sentie impuissante, « J’avais besoin de crier et il n’y avait pas de force qui sortait de ma bouche ». En état de choc, elle convoque précisément « une sorte de plus grande disharmonie mentale » mise en place pour affronter ce spectacle.

Jusqu’à présent, Lisa – qui prétend être constamment dépendante des « dépressions mentales » et survivante d’une vie amoureuse et sexuelle bouleversée, n’a toujours pas enregistré de grognements. Comme elle le disait pour les journalistes, « A l’époque, c’est ce que je ressentais si j’enregistrais un grief, ma profession serait démolie. Dans le meilleur des cas, je serais considérée comme la demoiselle agressée. d’un point de vue pessimiste, le large éventail des divers vidéastes vulgarisateurs s’unira contre moi ».

Il faut dire également que Léo Grasset, soucieux de son air, aurait pris soin au fil des années de lui donner une piètre réputation auprès de ses partenaires de l’entreprise. Une circonstance qui a été perçue dans cet examen par différents personnages de YouTube dont Manon Bril (Chaîne : « C’est une autre histoire »), « Très vite, on lui a construit un statut de demoiselle qui triche, de demoiselle indigne de confiance », qui découvre également qu’elle était également une survivante du comportement néfaste du jeune homme lors de leur relation passée.

« un faux pas de jeunesse » aurait été référencé par le vidéaste
En tout cas, également évalués par Mediapart, les proches de Lisa garantissent que le manque à gagner d’une grogne ne signifie pas qu’elle aurait gardé le silence sur ce viol. Courant contre la norme, au milieu de l’année 2016, elle en aurait parlé spécifiquement à sa maman qui avoue ici, « J’ai vite compris la réalité de ce que ma petite fille décrivait. (…) Dans la durée qui a suivi, elle avait une répugnance pour tout. Elle a pris de la drogue, a vu des ratatinés ». Deux de ses compagnons étaient également attentifs et ont vu sa chute dans la damnation entrecoupée de « clichés de crise économique » et d’une « crise d’angoisse » au cours d’une nuit.

Pour l’essentiel, alors que Léo Grasset aurait continué à ridiculiser Lisa ces derniers temps avec pour résultat éventuel d’avoir des commentaires ignobles à son égard – il l’aurait aidé notamment d’une conversation sur le « following » (provocation) lors d’une soirée coordonnée à l’automne 2017 pour proclamer à un compagnon de Lisa, « J’en connais un bien, moi, un harceleur, votre compagnon. (…) Et j’ai vraiment brisé ses muqueuses », le jeune homme aurait à peu près concédé avoir agi qui n’était pas droit contre lui le 19 janvier 2019.

Sans jamais faire référence à une agression, le vidéaste aurait écrit dans un message confidentiel sur Facebook : « Je n’étais pas bien avec toi quand on s’est revus en 2016 (…) Bon, c’était une période particulièrement confuse de ma vie. , et c’est mieux actuellement, mais ce n’est pas une bonne raison à distance. » Un message qui aurait suscité un attroupement dans un bistrot parisien en avril 2019, au cours duquel il aurait concédé qu’il s’était « défoncé » ce soir-là populaire et qu’il aurait alors commis « une erreur de jeunesse ». Une fois de plus, Lisa ne pouvait pas se demander si elle devait ou non partager cette conversation avec ses proches à l’époque. Léo Grasset ne commentera pas
Pour l’heure, Léo Grasset n’a toujours pas répondu à cette allégation. Comme l’évoque Mediapart, une rencontre devrait avoir lieu le 21 juin, mais le vidéaste a enfin ajusté son point de vue, donnant un sens par mail : « J’ai eu une certaine marge pour chercher des conseils de maître en la matière pour faire un choix éclairé. Parce que de ces conversations, j’ai fait le choix de ne pas répondre aux demandes de renseignements de Mediapart sur les accusations référencées dans votre précédent courriel, préférant suivre les conseils de ces spécialistes ».

De même, le site dévoile par ailleurs la réaction de ses conseils juridiques, « Nous ne souhaitons pas répondre aux sollicitations de la presse, Me Grasset étant à la révocation de l’expert judiciaire s’il est saisi de ces prétentions. Nous prendrons évidemment connaissance de votre article, confiant qu’aucun empiétement ne viendra être porté à l’admiration de son droit à l’hypothèse d’honnêteté ».

La déclaration de Lisa se trouve sur le site Mediapart, tout comme celles de 7 dames différentes qui garantissent de manière exhaustive que Léo Grasset était à la source de méchancetés mentales et sexuelles et de conduites jugées à risque. Si ce n’est pas trop compliqué, notez que quelques hommages pourraient choquer les sensibilités.

*Lisa est un nom attendu pour les nécessités d’anonymisation de la jeune femme.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.