Le candidat présidentiel Le Pen fait l’objet d’une enquête sur des soupçons de détournement de fonds de l’UE

Quelques jours à peine avant le second tour de l’élection présidentielle française dimanche, qui opposera la nationaliste de droite Marine Le Pen au président libéral sortant Emmanuel Macron, Le Pen a été pris entre deux feux suite à des allégations de détournement de sommes importantes de fonds européens.

C’était les Français le journal Mediapart qui a révélé le soir de Pâques que Marine Le Pen faisait l’objet d’une enquête pour avoir détourné près de 140 000 euros – l’équivalent d’environ 1,5 million de couronnes – de fonds européens pendant son mandat de parlementaire européen entre 2004 et 2017.

À la mi-mars, l’agence anti-fraude de l’UE, l’OLAF, aurait soumis un rapport à la justice française dans lequel la candidate à la présidence et trois collègues du parti – dont son propre père Jean-Marie Le Pen – ont été pointés du doigt pour avoir détourné des fonds de l’UE. .

Il s’agit de la ligne budgétaire que les députés peuvent utiliser pour s’acquitter de leurs fonctions politiques. Olaf affirme que certaines de ces dépenses étaient « fictives », bénéficiant généralement à des entreprises proches de l’Assemblée nationale du parti de Le Pen, à ses députés ou au personnel du groupe du parti au Parlement européen.

Par exemple, Marine Le Pen a demandé une indemnisation des frais d’hôtel et de déplacement de 13 salariés du parti pour un événement interne censé porter officiellement sur « les régions et l’Europe à l’approche de la crise financière ». Mais dans une lettre au parlement, l’un des participants aurait affirmé que la réunion visait en réalité à préparer l’élection interne du président du Front national.

Les allégations sont rejetées par l’avocat de Marine Le Pen, Rodolphe Bosselut, qui s’interroge sur la « coïncidence » que la révélation intervienne à quelques jours du dernier tour de l’élection présidentielle, rapporte Médiapart.

Les procureurs français ont confirmé à Médiapart qu’ils analysaient le rapport.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.