« La guerre ne peut se réduire à diviser les gens entre le bien et le mal »

À la mi-mai, dix rédacteurs en chef des magazines culturels européens de l’Ordre des Jésuites, dont le rédacteur en chef de Signum, le père Ulf Jonsson, ont eu l’occasion de rencontrer le pape François et de lui parler de divers sujets d’actualité. Aujourd’hui, la conversation a été publiée sous la forme d’une interview sur les sites Web des différents magazines.

Charlotta Smeds – Cité du Vatican

Le jeudi 19 mai, le Pape François a reçu les rédacteurs en chef des revues culturelles européennes de l’Ordre des Jésuites pour une réunion à la bibliothèque privée du Palais apostolique.

Dix rédacteurs en chef étaient présents. Trois d’entre eux étaient des laïcs, dont deux femmes, travaillant pour les magazines suisses et britanniques. Les autres étaient des jésuites, dont le père Ulf Jonsson d’Uppsala, qui s’est rendu à Rome ce printemps pour faire des recherches en théologie à l’université. Grégorien. Le Général de l’Ordre des Jésuites, le Père Arturo Sosa, a également assisté à la rencontre avec le Pape.

La conversation est publiée

Chaque année, les rédacteurs en chef se réunissent et cette année, la rencontre avec le pape était l’un des points à l’ordre du jour. Mais le Pape, qui prononce souvent un discours à ces occasions, a préféré que les Dix lui posent des questions, débouchant sur une conversation qui est aujourd’hui publiée sous forme d’interview longue sur les sites des magazines. ici en suédois sur le site de Signum.

Vos magazines, a dit le pape, devraient « communiquer le plus incarné et de manière personnelle, c’est-à-dire sans perdre le contact avec la réalité et avec les gens – la communication doit avoir lieu face à face. Je veux dire qu’il n’y a pas que les idées qui doivent être communiquées. Ce n’est pas assez. Ce qu’il faut communiquer, ce sont avant tout des idées qui viennent d’expériences réelles.

La conversation a d’abord mis en lumière les attentes du Pape vis-à-vis des revues culturelles jésuites, puis s’est tournée vers des sujets d’actualité tels que la guerre en Ukraine, la vie ecclésiale et les tensions internes ainsi que les effets du synode en Allemagne.

La Suède et le cardinal

Quand la question concernait la Suède et comment évangéliser dans une culture profondément sécularisée, le Pape a dit qu’il avait du mal à répondre à la question. Évoquant sa rencontre avec l’Académie suédoise à l’automne dernier, qui était son dernier contact avec la Suède, il a souligné sa confiance dans le cardinal Andres Arborelius comme un « exemple directeur »: « Il n’a peur de rien. Il parle à tout le monde et ne se dispute jamais avec personne. Il recherche toujours le positif. Je crois qu’une personne comme lui a la capacité de montrer la voie.

La guerre en Ukraine

Interrogé sur la guerre en Ukraine, où « nous assistons à une guerre d’agression » et comment « en rendre compte et contribuer à un avenir de paix », le pape François a donné une longue réponse dans laquelle il a réfléchi à ce que nous voyons et à la problèmes sous-jacents :

Pour répondre à cette question, il faut sortir du modèle habituel du « Petit Chaperon Rouge » : le Petit Chaperon Rouge est bon et le loup est méchant. Mais le monde n’est pas peuplé de personnes métaphysiquement bonnes ou mauvaises de manière abstraite. Aujourd’hui, nous sommes les spectateurs d’un développement mondial aux nombreux aspects étroitement liés. Quelques mois avant le début de la guerre, j’ai rencontré un chef d’État, un homme sage et myope, un homme vraiment très sage. Et après avoir parlé des questions dont il voulait parler, il a dit qu’il était très préoccupé par le comportement de l’OTAN. J’ai demandé pourquoi, et il m’a répondu : « Vous élevez la voix jusqu’aux frontières de la Russie. Et ils ne comprennent pas que les Russes voient le monde d’un point de vue impérialiste et refusent de laisser une puissance étrangère s’approcher de trop près. Il a conclu en disant : « La situation actuelle pourrait conduire à la guerre. » C’était son opinion. Le 24 février, la guerre a commencé. Ce chef d’État avait tenu compte des avertissements de ce qui se passait.

Ce que nous voyons maintenant, c’est l’incroyable brutalité et férocité avec laquelle cette guerre est menée par les troupes qui nettoient les Russes, qui sont généralement des mercenaires. En réalité, les Russes préfèrent envoyer des Tchétchènes, des Syriens, des mercenaires. Mais le problème est que c’est la seule chose que nous voyons, qui est bien sûr flagrante, et nous ne voyons pas le drame derrière cette guerre, qui peut-être d’une manière ou d’une autre a été choisie pour provoquer ou du moins n’a pas été empêchée. Je remarque qu’il y a un fort intérêt pour les essais et la vente d’armes. C’est une déclaration vraiment triste, mais il s’agit essentiellement de ce qui est en jeu.

Peut-être que quelqu’un serait en désaccord ici et dirait : « Vous soutenez Poutine ! Non je ne sais pas. Ce serait facile et faux de dire cela. Mais je suis contre le fait d’ignorer la complexité de la situation en divisant simplement les gens en bons et mauvais, puis en ignorant les causes et les intérêts sous-jacents, qui sont en effet très complexes. Lorsque nous assistons à la brutalité et à la cruauté de l’armée russe, nous ne devons pas oublier les problèmes sous-jacents, nous devons essayer de les résoudre.

Les Russes pensaient évidemment que tout pouvait être prêt en une semaine, mais ils se trompaient. Ils ne s’attendaient pas à rencontrer un peuple courageux, un peuple prêt à se battre pour sa survie et qui à travers l’histoire s’est toujours battu de cette façon.

Il faut ajouter que nous vivons ce qui se passe en Ukraine parce que cela se passe si près de nous et c’est donc une question particulièrement sensible pour nous. Mais il y a d’autres pays qui sont loin – pensez à certaines régions d’Afrique, comme le nord du Nigeria ou le nord du Congo – où des combats et des guerres se déroulent, bien que personne ne s’en soucie. Pensez au Rwanda il y a 25 ans. Pensez au Myanmar et aux Rohingyas. La guerre affecte les gens partout dans le monde. Il y a quelques années, je pensais dire que nous vivons une troisième guerre mondiale, bien qu’en petits morceaux, une étape à la fois. Maintenant, je crois qu’une troisième guerre mondiale a effectivement été déclarée. Nous devons y penser. L’humanité a connu trois guerres mondiales en cent ans. Où allons-nous? J’ai vécu la Première Guerre mondiale à travers les souvenirs de mon grand-père qui a combattu à Piave. Puis vint le deuxième et maintenant le troisième. C’est une malédiction pour l’humanité, une catastrophe. Rappelez-vous qu’en cent ans, il y a eu trois guerres mondiales, avec tout le commerce d’armes qu’elles ont entraîné !

Il y a quelques années, l’anniversaire de l’invasion de la Normandie a été célébré. De nombreux chefs d’État et de gouvernement ont célébré la victoire. Personne n’a pensé aux milliers de jeunes soldats qui sont morts sur la plage ce jour-là. Maintenant, je vais vous dire quelque chose que je ne vous ai jamais dit auparavant. Lorsque j’ai visité Redipuglia dans la région de Kras en 2014 à l’occasion du 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale, j’ai pleuré en voyant les informations sur l’âge des soldats tombés. Quelques années plus tard, le 2 novembre – je visite habituellement un cimetière le 2 novembre de chaque année – j’ai visité Anzio et là j’ai encore pleuré en voyant l’âge des soldats qui étaient morts. L’année dernière, j’ai visité le cimetière français de Rome et il y avait des jeunes de 20, 22, 24 ans enterrés – chrétiens et musulmans parce que des jeunes d’Afrique du Nord ont également été envoyés sur le champ de bataille.

Pourquoi est-ce que je te raconte tout ça ? Parce que je veux que vos magazines traitent de la façon dont la guerre est vécue par de vraies personnes. Je veux que vos magazines montrent les terribles effets de la guerre sur l’humanité. C’est formidable lorsque vous présentez une analyse géopolitique et que vous scrutez et examinez des choses. Tu dois le faire, c’est ton boulot. Mais essayez aussi de transmettre les conséquences dramatiques de la guerre au peuple. Décrivez le drame qui se déroule dans les cimetières, ce qui s’est passé sur la plage en Normandie ou à Anzio. Racontez le drame qui afflige une femme qui reçoit un jour une lettre la remerciant d’avoir sacrifié son fils pour la patrie – maintenant son fils est un héros de guerre… alors qu’elle est laissée seule. Réfléchir à de telles expériences serait d’un grand bénéfice et profiterait à la fois à l’humanité et à l’Église. Vous devez poursuivre votre analyse socio-politique. Mais n’oubliez pas de penser à la façon dont la guerre a affecté les gens.

Revenons maintenant à l’Ukraine. En ce moment, tout le monde ouvre son cœur aux réfugiés ukrainiens. Ce sont pour la plupart des femmes et des enfants, car la plupart des hommes sont restés dans leur pays pour se battre. Lors d’une audience la semaine dernière, deux épouses de soldats ukrainiens qui se trouvaient à l’aciérie d’Azovstal m’ont demandé d’agir en tant que médiateur pour sauver leurs maris. Nous sommes tous très touchés par ces situations dramatiques. Il s’agit de jeunes femmes et d’enfants dont les maris et les pères se battent sur le champ de bataille. Mais je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qui se passera lorsque la volonté enthousiaste d’aider que nous voyons diminuera. Qui s’occupe de ces femmes et de leurs enfants quand l’intérêt s’est éteint ? Nous devons avoir une perspective à long terme et voir comment nous pouvons les soutenir afin qu’ils ne soient pas exploités ou trafiqués. Malheureusement, les vautours sont déjà là.

Historiquement, l’Ukraine a connu à la fois l’esclavage et la guerre. C’est un pays riche qui a toujours été découpé et écrasé par ceux qui voulaient le conquérir et l’exploiter. C’est comme si l’histoire avait fait de l’Ukraine un pays héroïque. Être témoin de l’héroïsme du peuple ukrainien touche nos cœurs. Et d’ailleurs, le peuple ukrainien a fait preuve d’héroïsme allié à la tendresse ! A savoir, ce sont des femmes ukrainiennes qui se sont occupées des premiers jeunes soldats russes à capituler – ils avaient été envoyés là-bas pour participer à une soi-disant « opération militaire spéciale » (avant l’envoi de mercenaires), ignorant qu’ils menaient une guerre . Les femmes ukrainiennes ont fait preuve d’une grande humanité, d’une grande tendresse. Quelles femmes courageuses ! Le peuple ukrainien est un peuple courageux qui n’a pas peur de la bataille. Ils sont à la fois travailleurs et fiers de leur pays. Considérons l’identité nationale ukrainienne. Voir l’héroïsme du peuple ukrainien nous touche tous. Je tiens vraiment à souligner ceci : l’héroïsme du peuple ukrainien. Mais ce à quoi nous assistons maintenant est une véritable guerre mondiale impliquant divers intérêts mondiaux, le commerce des armes et l’invasion à motivation géopolitique, martyrisant un peuple héroïque.

Je voudrais ajouter une autre réflexion. J’ai eu une conversation de quarante minutes avec le patriarche Cyrille à Moscou. Il a d’abord publié une déclaration affirmant que la guerre en Ukraine était une guerre juste. Quand il a eu fini, je lui ai dit : « Mon frère, nous ne sommes pas des ministres d’État, nous sommes des bergers du peuple. Je l’aurais rencontré à Jérusalem le 14 juin pour discuter de divers sujets qui nous concernent tous les deux. Mais à cause de la guerre, nous avons décidé ensemble de reporter notre rencontre pour éviter de mal interpréter notre conversation. J’espère le rencontrer à l’occasion d’un congrès international sur le dialogue interreligieux qui se tiendra au Kazakhstan en septembre. J’espère que j’aurai l’occasion de lui rendre visite et de lui parler en tant que berger.

L’intégralité de l’interview peut être lue ici sur le site Signum.

Lydie Brisbois

"Entrepreneur. Amoureux de la musique. Fier drogué de Twitter. Spécialiste du voyage. Évangéliste d'Internet depuis toujours. Expert de la culture pop."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.