La gauche française aux urnes, plus divisée que jamais

Anne Hidalgo.

C’est ce qu’a dit la gagnante de la primaire de la gauche française, Christiane Taubira. Mais personne n’a répondu quand elle a appelé.

Un groupe de campagne indépendant a organisé dimanche les soi-disant « élections primaires » pour les politiciens rouges-verts de France. Jusqu’à dix candidats étaient autorisés et seuls ceux qui s’étaient expressément retirés de la campagne présidentielle pouvaient être exclus. Tous les autres candidats à la présidentielle à gauche d’Emmanuel Macron étaient présents qu’ils le veuillent ou non. L’idée de l’initiative populaire était de faire pression sur les candidats ayant peu de chances de devenir président pour qu’ils soutiennent le seul candidat. Mais avant même le vote, les trois premiers noms avaient déclaré qu’ils poursuivraient leur campagne quel que soit le résultat.

« Le symbole le plus important, c’est qu’on a pu récolter 250.000 voix, plus que le nombre de signatures récoltées par la France conquise (La France Insoumise) en soutien à son candidat Jean-Luc Mélenchon », a déclaré Samuel Grzybowski, porte-parole de la primaire populaire. L’ETC d’aujourd’hui.

partager des liens

Il souhaite que le candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon pose comme condition de sa candidature à la présidentielle de 2022 qu’il recueille au préalable au moins 150 000 signatures pour sa candidature. Il a obtenu bien plus. Mais encore plus ont participé à la «primaire nationale» – et là, il a pris la troisième place.

– Avec autant d’électeurs qui participent et expriment leur volonté, davantage de candidats devraient avoir l’humilité de jeter l’éponge et de se retrouver derrière un candidat de la justice, déclare Samuel Grzybowski.

Jean-Luc Mélenchon est le candidat de gauche le plus soutenu dans les sondages. Mais il obtient rarement plus de 10% des voix. Avec bien plus de 20 %, Emmanuel Macron n’est actuellement menacé que par les extrémistes de droite : Marine Le Pen (RN), Valérie Pécresse (LR) et Éric Zemmour sont entre 13 et 20 % dans les sondages.

Près d’un demi-million de personnes se sont inscrites sur la plateforme pour participer à l’élection populaire de dimanche, et plus de 80 % de ceux qui se sont inscrits y ont participé. Jean-Luc Mélenchon a perdu contre Yannick Jadot des Verts et la gagnante Christiane Taubira.

– Il reste 70 jours avant l’élection la plus importante pour la cinquième ou la sixième économie mondiale et contrairement à ce qu’elle disait en décembre, Madame Taubira est toujours une candidate de gauche. C’est pathétique. Contrairement à ce que l’on supposait, cela divise la gauche, déclare Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, à Dagens ETC.

Yannik Jadot.

Jean-Luc Mélenchon avait auparavant déclaré que l’élection n’avait « rien à voir avec lui » et déclaré après l’annonce du résultat qu’il « en avait marre qu’on l’appelle et qu’on le prenne pour un idiot », faisant allusion à l’appel de Christian Taubira à propos de le recueil.

Le candidat présidentiel des Verts, le parlementaire européen Yannick Jadot, est arrivé deuxième de la primaire. Il ne pense pas non plus que le résultat ait quoi que ce soit à voir avec lui.

– C’est finalement un problème pour le Parti socialiste (PS), a-t-il déclaré au quotidien Le Figaro lors d’une visite de campagne en Corse au lendemain de la primaire.

– La seule chose qui s’est passée, c’est que maintenant nous avons un autre candidat à gauche, a-t-il ajouté.

Il a également confirmé qu’il n’avait pas l’intention de retirer sa candidature.

« Personne ne convainc »

Premier en cinquième sur sept au primaire et entre les deux

3 et 4 pour cent du soutien des électeurs dans les sondages d’opinion provenaient de la candidate présidentielle du Parti socialiste, la maire de Paris, Anne Hidalgo. Après la présentation des résultats des élections, elle les a commentés ainsi que le jour de la présentation de son programme, qui a été éclipsé par Christiane Taubira, qui a présenté sa candidature.

– La gauche doit se rallier, se tenir derrière nos valeurs et nos objectifs à la fin. Tout ce que je peux dire, c’est que la candidature de Madame Taubira signifie un autre candidat pour les électeurs occidentaux, a alors déclaré Anne Hidalgo à Dagens ETC.

– Alors vous pouvez le voir. On peut également constater qu’aucun des candidats en lice jusqu’à présent n’a remporté une majorité d’électeurs rouge-vert. Maintenant, nous avons exprimé ensemble le souhait de soutenir Madame Taubira, déclare Samuel Grzybowski.

Jean Luc Mélenchon.

appelé trois lois

Christiane Taubira est également candidate à la présidentielle pour la deuxième fois de sa vie. Elle a une longue carrière en tant que politicienne influente. Cela a commencé en Guyane française, le territoire français d’outre-mer où elle est née, et on a formé le Parti de l’indépendance Walwari, en collaboration avec le parti de la gauche radicale. Depuis lors, elle a été députée et ministre et, à ce titre, a donné des noms à trois lois françaises. La première loi Taubira est née lorsque, en tant que membre de l’Assemblée nationale française, elle a été rapporteur et a promu la loi reconnaissant la traite transatlantique des esclaves comme un crime contre l’humanité. En tant que ministre de la Justice sous le gouvernement Hollande, elle a nommé la loi qui autorisait le mariage homosexuel en 2013 et une autre en 2015 qui prévoyait des sanctions individualisées.

En 2016, après avoir quitté ses fonctions de ministre de la Justice, elle a fait une sortie gouvernementale remarquée – à vélo depuis le palais de l’Élysée. La raison est soupçonnée d’être la suggestion du président Hollande selon laquelle les personnes ayant la double nationalité pourraient abolir leur français dans le cadre de la loi sur le terrorisme. Quelque chose contre Taubira – et comme le suggèrent également les candidats d’extrême droite en 2022.

Or, Christiane Taubira a remporté une primaire que n’approuvent pas ceux qui pourraient être ses principaux alliés.

Et la gauche française se rend aux élections plus divisée que jamais.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.