Enjeux historiques de la politique européenne ce printemps

La guerre en Ukraine et la présidence française de l’UE

La guerre en Ukraine et ses conséquences ont dominé la politique européenne depuis qu’elle a éclaté le 24 février de cette année. La Russie a déjà envahi certaines parties de l’Ukraine en 2014, mais cette fois, les effets de la guerre seront beaucoup plus graves et auront des implications pour la coopération de l’UE que nous ne pouvons pas encore pleinement comprendre. Le consensus sur les sanctions et le consensus selon lequel nous, en Europe, devons devenir moins dépendants du gaz et du pétrole russes en sont quelques exemples, tout comme l’accent accru mis sur une politique étrangère et de sécurité commune.

La France a succédé à la Slovénie à la présidence de l’UE et dirigera les travaux de l’UE au printemps, tandis que les élections présidentielles et parlementaires se tiendront en avril et juin. Il y a de nombreuses indications qu’Emmanuel Macron sera réélu alors que l’opposition est divisée. Cela signifie également que la France travaille dur en tant que président du Conseil jusqu’au 10 avril, date à laquelle l’élection pourrait consommer certaines ressources. Cet été, la République tchèque assumera la présidence du Conseil de l’UE pendant six mois, pour la céder à la Suède en janvier de l’année prochaine, qui, espérons-le, aura alors formé un gouvernement après les élections de l’automne.

L’UE a révisé la directive TVA – une opportunité pour la Suède et l’organisation suédoise à but non lucratif

La Slovénie, juste avant la fin de sa présidence avant Noël, a réussi à conclure un petit accord historique entre les pays pour mettre à jour la directive européenne sur la TVA et permettre aux pays plus de flexibilité. C’est d’un grand intérêt pour la Suède car cela signifie que si la Suède le souhaite, nous pourrions introduire une faible TVA sur les loyers des appartements. La précédente directive TVA ne le permettait pas. Si la Suède autorise une faible TVA sur les loyers des appartements, les membres de Sveriges Allmännyttas pourraient déduire la TVA lorsqu’ils construisent et rénovent des maisons, et auraient ainsi de meilleures conditions financières pour contribuer avec des locations plus nombreuses et moins chères. Sveriges Allmännytta continue de surveiller et d’utiliser les intérêts des membres pour le travail à venir.

Les ministres européens du logement se réunissent pour la première fois en neuf ans

Durant sa présidence du Conseil, la France a réussi à réunir les ministres du logement pour la première réunion européenne depuis 2013 pour discuter de la situation du logement en Europe. Elle s’est déroulée à Nice le 8 mars et l’organisation parapluie publique européenne suédoise, Housing Europe, était la seule organisation non institutionnelle de l’UE autorisée à prendre la parole et à présenter nos points de vue lors de la réunion. Ceux-ci ont été résumés dans un plan en dix points et comprennent, entre autres, la demande d’investissements à long terme dans le logement social, coopératif et public, la conversion énergétique juste et raisonnable et les immeubles d’appartements inclusifs et attractifs. Vous pouvez lire les dix points ici.

La politique du logement reste une compétence nationale, mais les ministres pourraient toujours convenir d’investir dans la construction et d’investir dans des logements durables et abordables. Il a également été décidé de continuer à se réunir plus régulièrement et de rencontrer chaque année les « points de contact nationaux pour la politique du logement ».

Les propositions d’efficacité énergétique et d’efficacité énergétique dans les bâtiments apportent peu d’avantages et des coûts élevés

Dans le domaine de la législation, les travaux se poursuivent sur la révision des directives sur la performance énergétique des bâtiments et sur l’efficacité énergétique, qui sont importantes pour les fonctionnaires suédois. Comme indiqué précédemment, les propositions ont été présentées par la Commission européenne et sont actuellement négociées par les États membres et le Parlement européen. Sveriges Allmännytta travaille sur plusieurs fronts pour s’assurer que certaines des propositions les moins réussies ne soient pas retenues et que les pays soient suffisamment flexibles pour s’adapter aux conditions nationales.

Cela peut s’appliquer en particulier à la proposition selon laquelle tous les logements publics devraient être contraints de rénover au moins 3 % de la surface au sol chaque année pour rendre l’utilisation de l’énergie plus efficace. Quelque chose qui, s’il est adopté, pourrait signifier des milliards de dollars en coûts d’investissement pour les membres du bien public suédois appartenant à la municipalité, sous réserve de la loi sur les marchés publics.

Un autre problème dans la proposition de directive sur la performance énergétique des bâtiments est l’idée des normes dites MEPS, Minimi-Energy-Performance Standards, qui, si elles étaient introduites, nécessiteraient d’énormes contributions pour être mises en œuvre aux niveaux proposés. Malgré le coût, cela aurait peu d’impact et donc peu de valeur artistique.

Sveriges Allmännytta essaie d’influencer les propositions avec d’autres en Europe, notamment par le biais de réseaux communs et de contacts directs avec les responsables du Parlement européen, de la Commission européenne et du gouvernement suédois.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.