C’est ainsi que Stenevi veut sauver le député du Reichstag

À un peu plus de quatre mois des élections, diriger un parti qui semble avoir été cimenté pendant l’impasse parlementaire implique sans doute des pressions qui peuvent faire trembler même les plus durs. Comment la porte-parole des Verts, Märta Stenevi, gère-t-elle cette situation ?

La question ne la fait pas prendre l’appât et devenir personnelle. Au contraire, elle lance une petite élection qui rebondit entre les murs nus de la salle de conférence du bureau parlementaire du député. Le message principal est martelé : seule l’eurodéputée se soucie vraiment de la crise climatique – elle voit le fait que d’autres groupes sont derrière les réductions d’impôts sur l’essence et le diesel comme une preuve suffisante.

– Nous nous asseyons et regardons passer des propositions qui ne sont pas de mauvaises politiques climatiques, mais des politiques anti-climat qui augmentent les émissions et sont également de terribles politiques de distribution. C’est tellement stupide, dit Märta Stenevi.

Politique de vente un orteil endolori

Dans leur contre-proposition au budget d’amendement du printemps du gouvernement, les Verts dépensent plutôt 5 milliards de couronnes suédoises pour réduire le prix des billets de 20 % à l’échelle nationale. Le parti bat la proposition de V, M et KD de 2,5 milliards pour les transports publics, qui faisait suite à l’accord des parties sur une réduction de la taxe sur les carburants.

– C’est un soutien judicieux dans une situation difficile, contrairement à la réduction de la taxe pétrolière et donc sa redistribution directement dans les poches des plus riches, estime Märta Stenevi.

MP profite de chaque occasion pour rappeler que les riches sont ceux qui conduisent le plus de voitures et gagnent donc le plus en couronnes et en centimes grâce à la réduction de la taxe sur le carburant. La politique de distribution est par ailleurs une épine dans le pied des Verts. La gauche a accusé le parti de ne pas prendre en compte ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter une voiture électrique ou de remplir leur lunch box de légumes bio. Cette image est maintenant mise au défi par le parti de changer.

– Nous devons montrer encore mieux comment nous rendons le changement juste et bon pour tous ceux qui vivent en Suède, déclare Märta Stenevi

N’a pas changé à propos de l’OTAN

Les Verts sont issus du mouvement pacifiste. C’est une description que les écologistes aiment habituellement répandre. Ce mouvement pacifiste est déçu après que les députés aient préconisé à la fois des livraisons d’armes à l’Ukraine et une mise à niveau massive de la défense. Märta Stenevi admet que la critique de cette direction n’est pas amusante, mais pense que le monde est différent maintenant et qu’une refonte est nécessaire.

– En quarante ans d’existence, nous n’avons jamais eu une situation sécuritaire aussi tendue qu’aujourd’hui, dit-elle.

Selon Märta Stenevi, la nouvelle situation rend nécessaire une défense plus forte. Mais le non du parti à l’OTAN reste ferme, même si les partis écologistes ont pris du retard dans le débat. Independence voit le porte-parole comme un argument important.

– Nous avons un développement dans certains pays de l’OTAN aujourd’hui qui peut au moins vous inquiéter. Marine Le Pen a remporté 42 % des élections présidentielles françaises. Que se passera-t-il si la France obtient un président d’extrême droite dans cinq ans ? dit Marta Stenevi.

Il semble maintenant que la Suède se dirige très rapidement vers l’adhésion à l’OTAN. Pourquoi ne cries-tu pas dans le débat ?

– Comme tout le monde, nous avons dû suivre et comprendre ce qui se passe autour de nous. Pour être honnête, je suis content que nous ne criions pas autant que d’essayer de nous disputer parce que je pense que ce débat va trop vite.

Vous dites non à la demande de référendum de Die Linke. Pourquoi?

– Le débat est caractérisé par un ton très élevé et la peur existante des changements de notre monde. Alors on n’ira pas de l’avant avec un référendum qui tend à se déchirer et à créer un débat encore plus polarisé, il faut trouver un rassemblement en Suède.

Dans les années à venir, les dépenses de défense atteindront jusqu’à 2 % du PIB. Cette année, cela aurait signifié plus de 40 milliards de plus pour la défense. En même temps, le député veut investir cent milliards chaque année dans la protection du climat. ça va ensemble

Augmentation des impôts et des prêts gouvernementaux

Oui, affirme Marta Stenevi. Le député veut payer les investissements de défense avec des impôts sur le capital plus élevés, les investissements climatiques de l’État empruntant plus d’argent. Märta Stenevi pense qu’il est également juste d’un point de vue purement économique d’augmenter quelque peu la dette publique.

– Il s’agit simplement d’examiner le besoin d’adaptation au climat et les coûts auxquels les autorités locales et régionales seront confrontées si nous n’arrêtons pas le changement climatique, dit-elle.

Au Riksdag, il y a une forte résistance à la fois au financement par le crédit et à la hausse des impôts. L’augmentation des dépenses de défense que vous avez surpassée dans la pratique ne signifie-t-elle pas que les initiatives climatiques sont évincées ?

– Si une majorité des partis prend de mauvaises décisions, cela a évidemment des conséquences négatives. Mais nous devons poursuivre une politique en laquelle nous croyons. Avec le monde changé que nous avons, nous voyons la nécessité de renforcer les défenses.

Les partis de droite ont changé

Lorsque le député a quitté le gouvernement en novembre après que l’amendement M-KD-SD a remporté le vote du budget, de nombreux écologistes espéraient un regain d’opinion publique. Après sept ans à défendre des compromis difficiles avec les sociaux-démocrates, il y avait une envie de parler librement du fond du cœur. Tu es libre, mais est-ce que quelqu’un s’est soucié de ce qu’ils ont dit ? Au lieu de décoller, ils sont tombés directement sous la barrière parlementaire lors des mesures. Puis vint l’invasion russe et la grande focalisation sur la politique de défense et de sécurité – pas exactement partisane de l’environnement.

Mais avec la demande d’arrêter l’importation d’uranium, de gaz et de pétrole russes, les écologistes ont soudainement fait transpirer les autres partis. Les partis de droite qui ont d’abord dit non ont progressivement changé. Mais le Reichstag n’a pas encore pris position – et la proposition présentée par M, KD et SD ne contient ni interdiction des importations d’uranium ni date concrète de fin des importations fossiles. Märta Stenevi est impatiente – mais note que les alternatives aux carburants russes disponibles aujourd’hui ne sont pas non plus très intéressantes.

– Aujourd’hui, chapeau en main, nous devons aller au Qatar et demander à acheter plus de pétrole. Il n’y a qu’une seule bonne solution : on se passe enfin des énergies fossiles.

Marin Jordan

"Érudit en musique. Accro du Web professionnel. Ninja typique des réseaux sociaux. Troublemaker primé. Adepte de la culture pop diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.